Nouveau contrôle technique, ce qu’il faut savoir

Nouveau contrôle technique, ce qu’il faut savoir

Le nouveau contrôle technique est entré en vigueur ce dimanche 20 mai 2018.

Depuis le dimanche 20 mai, le contrôle technique s’est durcit, il est désormais question de 132 points de sécurité à vérifier, couvrant 606 défaillances potentielles. Certaines de ses défaillances devront être réparées dans les 24 heures, une amende de 135€ se verra attribuer à tout automobiliste utilisant son véhicule si celui-ci n’est pas réparé.

Les nouvelles réglementations de ce nouveau contrôle technique risque de ne pas plaire aux usager. Dans l’aspect générale, le nouveau contrôle technique reste très semblable à l’ancien qui se doit d’être effectué tout les deux ans. La nouvelle réglementation augmente toutefois le nombre de points de sécurité qui passe de 123 à 132.

Cette augmentation de point de contrôle et de défaillances potentiel augmente considérablement le temps d’inspection des véhicules, qui va donc entraîner une augmentation des tarifs par les professionnel du contrôle technique. D’autre part, certaine défaillance considéré comme « critique » donnerons suite à l’immobilisation du véhicule.

Il y a encore peu de temps, la détection de tels défaillance lors de la visite périodique entraîner le propriétaire à représenter son véhicule à une contre-visite sous un délai de deux mois pour effectuer les réparation sur son véhicule. Pendant ces  deux mois, le véhicule pouvait circuler librement. Le propriétaire du véhicule avait donc deux mois pour effectué la remise en état de son véhicule.

Dans cette nouvelle version du contrôle technique, il est désormais question de trois catégories de défauts qui peuvent être mentionnées sur le rapport du contrôle technique contre deux anciennement. Des défaillances dite mineures, au nombre de 139 qui sont signalées mais n’entraînent pas une obligation de réparation pour l’automobiliste. Des défaillances dite majeures au nombre de 340 qui elle, entraînent une contre visite du véhicule (comme auparavant, le propriétaire du véhicule disposé d’un délai de deux mois pour représenté sont véhicule). Des défaillances dite critique au nombre de 127 qui vont immobilisé le véhicules.